Le Baobab, mystique et médicinal

Le baobab est si symbolique de vie, de puissance, et de sagesse. Ce n’est pas à la légère que les griots eux-mêmes, en tant que gardiens traditionnels de la connaissance ancestrale, sont parfois inhumés dans la cavité sacrée d’un baobab. Dans l’enceinte du baobab, on peut préserver de l’eau, détenir des prisonniers (Nigéria), ou abriter le métier d’un tisserand contre l’impitoyable soleil ouest-africain (Mali, selon Ibn Battuta au XIVe siècle).

Mais selon les croyances,  cet arbre reste un arbre très mystique. Le baobab a inspiré plusieurs légendes africaines, certains disent qu’un démon a arraché l’arbre, planté ses branches dans le sol et laissé ses racines à l’air. Le baobab est aussi l’arbre sous lequel les griots s’installaient pour conter à l’ombre, on l’appelle d’ailleurs toujours l’arbre à palabre.

33,34,172,184.798065

Le baobab est un arbre providentiel pour les populations rurales, puisque toutes ses parties à l’exclusion du bois, sont utilisables.

Tous les organes de la plante sont riches en matières mucilagineuses et constituent des médicaments émollients et adoucissants. Les analyses ont démontré que les feuilles, riches en calcium, fer, protéines, et lipides, constituaient un aliment de complément irremplaçable pour les consommateurs de mil.

Le fruit, populairement appelé « pain de singe » en français et « bouye » en wolof à également des usages alimentaires, la pulpe séchée, dure et blanchâtre, renferme 75% de glucides, des teneurs importantes de calcium, de phosphore, de vitamine C et de la thiamine, riboflavine et niacine. Les graines noires enfermées dans la pulpe sont parfois grillées et consommées en période de famine. C’est un aliment intéressant car elles contiennent plus de protéines que l’arachide.

L’écorce est employée comme un adoucissant pour combattre les inflammations du tube digestif et les différentes fièvres.

Huile de baobab Pour la peau contre eczéma bouton et pour le cuir chevelu

Tous les éléments viennent du baobab et sont en poudre

3 poignées d’écorces de baobab

12 cuillères à soupe de graines de la coque du fruit

4 cuillères à soupe de farine du fruit

6 cuillères à soupe de feuille

5 litres d’huile de soja ou huile de tournesol

Cuisson au bain mari ou laisser macérer un mois au soleil

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s