Archives d’Auteur: DelphineH

La fierté

 

Notre petite courge est devenue grande et c’est avec émotion et fierté que nous constatons ses 6 kilos !

COURGE

Publicités

38327454416_7b3f-37b1d

Diversité de la macrofaune des sols.
Agnès Stienne, 2017.

Le 21 novembre dernier se tenait la journée d’étude consacrée à la rétrospective Jacques Bertin à l’EHESS.

Carthographe et père de la sémiologie graphique, ses recherches portent sur la représentation graphique (carte, diagrammes…) des données générées par les sciences sociales.

Une pratique autant scientifique qu’artiste, puisque rendre des données visibles, c’est les organiser : repérer les masses, les courbes, les évolutions, savoir traiter des couleurs et de la composition pour rendre intelligible des phénomènes multifactoriels.
Ce travail sensible des données était la spécifitié de Jacques Bertin qui travaillait, entre autres, avec un globe transparent quadrillé dont il pouvait ainsi projeter la trame selon sa volonté pour présenter des relations sous les projections les plus appropriées.

Nombreux sont les intervenants qui auront souligné l’importance politique de ces modes de visualisations. Philippe Rivière journaliste et cartographe évoque le cas de William Bunge, réfugié au Canada pendant la guerre froide, s’efforcant de faire comprendre aux Canadiens que l’URSS n’est pas seulement à l’est, mais aussi et surtout au nord : le chemin le plus court qu’emprunterait une bombe nucléaire ne traverserait pas proprement l’Atlantique en ligne droite mais survolerait le Canada, et le mettrait donc également en danger.

Mark Lombardi, présenté par Laurent Jeanpierre, inquiéta par son travail mêlant art et investigation un certain M.Bush et de son éponyme successeur. Sur ses diagrammes immenses, ses recherches sur les intérêts industriels, financiers et politiques mettent en relief des amitiés et collaborations inattendues, ayant jusqu’à justifier une intervention du FBI dans un musée où l’artiste était exposé.

Question nous intéressant particulièrement ici, Agnès Stienne, cartographe, travaille à rendre lisible des questions sur les sols : leur composition, leur traitement, leurs propriétaires. Ses cartes, que nous vous invitons à consulter permettent de comprendre à échelle mondiale les dynamiques qui les font évoluer : https://visionscarto.net/ces-si-extra-ordinaires.

Le site https://visionscarto.net/ publie par ailleurs articles et travaux de visualisation et cartographie passionants, dont ceux d’Agnès Stienne et Philippe Rivière cités ici.

 

Revue de presse N°1 Septembre/Octobre

 

Après l’enchaînement d’ouragans dans les Caraïbes de la fin de l’été, ces premiers mois de rentrée nous ont enthousiasmés de bonnes nouvelles face aux diverses menaces environementales.

Puisque :
Nous avons découvert que nous pouvions désormais devenir citoyen d’un continent de plastique : http://www.ladbible.com/trashisles/welcome

Que la fin du monde tel que nous le connaissons aura lieu entre 2020 et 2030, écrit et confirmé par Yves Cochet lors de la conférence Futurs Pluriels à Sciences Po :  http://www.liberation.fr/auteur/3674-yves-cochet

Que l’humanité n’a que trois ans pour sauvegarder le climat terrestre et que les 90 entreprises responsables du réchauffement climatique auraient peut-être un mot à dire à ce sujet : https://reporterre.net/L-avertissement-des-scientifiques-sur-le-climat-dans-trois-ans-il-sera-trop
https://reporterre.net/90-entreprises-sont-responsables-de-50-du-rechauffement-climatique

Qu’en trente ans, 80% des insectes ont disparu d’Europe : http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/10/18/en-trente-ans-pres-de-80-des-insectes-auraient-disparu-en-europe_5202939_1652692.html?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1508351416
L’étude (en anglais) :  http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0185809

Une éclaircie toutefois : Philippe Descola a débuté la rentrée au Collège de France par un colloque de rentrée répondant à l’ambition de faire entrer la Nature en politique.
On y  parle de nature et de racisme, de droit environnemental, d’esprit dans le non-humain :
http://www.college-de-france.fr/site/colloque-2017/Faire-entrer-la-nature-en-politique-Philippe-Descola-colloque-de-rentree-2017.htm

Gauthier Roussilhe réalise un documentaire interactif pour soulever la question de l’éthique dans le design :
http://ethicsfordesign.com/fr/lecteur?lang=fr

Présenté par Max Molon lors du Design Fiction Club, le collectif Decolonising Design revendique une approche décoloniale, féministe, queer de la pratique du design, où on peut trouver ce passionant article sur l’organisation des colons leur ayant permis de légitimiser le vol des terres des premières Nations: http://www.decolonisingdesign.com/guest-contributions/2017/guest-post-this-was-written-on-stolen-indigenous-land/#author